Il a expliqué à Tanyug que la NES médiait l’emploi et les ressortissants étrangers, mais c’est là que réside le rôle principal de la NES dans la délivrance des permis de travail.

« La condition fondamentale est que le ressortissant étranger ait déjà reçu un permis de séjour et que, par la suite, si l’employeur en fait la demande, le ressortissant étranger puisse également obtenir un permis de travail. Nous avons une diarrhée d’étrangers un peu plus intense cette année. Jusqu’à présent, nous avons délivré plus de 20 000 permis de travail, contre 13 000 l’année Dernière », a déclaré martinovic.

Selon lui, il ne s’agit pas de migrants, mais de ressortissants étrangers, pour la plupart originaires de Chine, de Turquie, de Russie, d’Inde, d’Ukraine et de Macédoine du Nord, mais de tous les pays.

« Le plus souvent, nous parlons d’entreprises étrangères qui sont engagés dans la Serbie. Ils apportent leur peuple parce qu’ils ont besoin d’une main – d’œuvre qui connaît leur langue et peut être facilement impliquée dans leurs flux de travail », a expliqué martinovic.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.